Architecture, usages et ergonomie

L'ergonomie dans un projet architectural

projets architecturaux

Intégrer un ergonome dans des projets d’architecture facilite la prise en compte des besoins des utilisateurs dans la conception des espaces de travail et de vie.

Contribution à l’assistance à maîtrise d’ouvrage (AMOA) et programmation architecturale

A cette étape, l’ergonome participe à l’élaboration du programme en s’appuyant sur l’analyse des situations de travail et d’usages. L’analyse des besoins, fondée sur des observations et des entretiens in situ, permet de contribuer à l’élaboration de schémas fonctionnels du futur bâtiment. Cette analyse peut se traduire par des positions d'ouvrages ou de services les uns par rapport aux autres et des descriptions de flux. Action-ergo rédige aussi des fiches par locaux en y décrivant l’activité qui s'y déroule, précisant les matériels utilisés et présentant des hypothèses de surfaces nécessaires. Nous assurons au maître d’ouvrage une garantie supplémentaire quant à la prise en compte de l’ensemble de ses besoins en phase de concours. L'identification tardive d’un besoin utilisateur est un risque à éviter. Des guides à la conception sont aussi fournis aux maîtres d’œuvres pour la phase concours. Par exemple, dans le but de faciliter la manutention de matériels à déplacer dans le local maintenance, il sera demandé; d’envisager des allées et passerelles à même hauteur (sans marche).

Assistance à maîtrise d’œuvre (AMOE)

Lors des phases d’esquisse, d’avant-projet sommaire (APS) et d’avant-projet détaillé (APD), nous aidons l’architecte à trouver des compromis entre les différentes contraintes apparaissant au fur et à mesure de la conception. En phase esquisse, l’enjeu est d’aider à la conception d’un espace fonctionnel en se basant sur l’analyse de l’activité et des scénarios d’usages et de l’activité future. A cette fin, nous présentons à l’architecte une hiérarchisation des besoins des utilisateurs et recherchons avec lui des solutions pragmatiques compte tenu des autres contraintes à intégrer (économiques, HQE, sécurité du bâtiment,…). Lors de cette phase, l’ergonome a un rôle important dans la mise au point du programme. En phase d’avant-projet sommaire et détaillé (APS et APD) nous contribuons à la définition des situations de travail future. Selon le niveau d’implication attendu, nous pouvons aussi implanter directement les postes de travail sur les plans AutoCad fournis par l’architecte. Lors de cette phase, nous pouvons mettre en place une démarche participative afin d’impliquer les futurs utilisateurs. Cette démarche que nous maîtrisons parfaitement présente deux intérêts simultanés : d’une part, s’assurer de ne pas oublier d’éléments importants en validant les implantations avec les utilisateurs, d’autre part, accompagner le projet sur les aspects de communication et de conduite du changement. Le cas échéant, action-ergo fait intervenir des spécialistes de l’acoustique ou de la conception lumière.

Mission complémentaire

L’intégration d’un ergonome dès la programmation est encore rare. Un architecte peut avoir un avantage concurrentiel en faisant intervenir action-ergo en mission complémentaire. Lorsque cette mission est acceptée par le maître d’ouvrage, elle permet d’identifier des besoins non pris en compte et pouvant être satisfaits sans surcoût par rapport au cahier des charges.