Thème de l'ergonomie du poste de travail industriel

Ergonomie et productivité

Exemple de gains de productivité suite à une démarche ergonomique.

A titre d'exemple, un poste de soudure d'une dizaine de petites pièces présentait une forte variation de production selon les opérateurs. Certains se débrouillaient mieux que d'autres, mais tous étaient en dessous des attentes de production.
Compte tenu du nombre de pièces et du faible espace, le mode opératoire conduisait à nombreuses rotations. L’opérateur ne savait plus où il en était dans son cycle.
Un paramétrage de la cellule de présence a permis de placer deux bacs d'approvisionnement en stockage intermédiaire (ce qui est contraire aux règles du bureau des méthodes qui n'autorise pas le doublement des prises et déposes de pièces). Le mode opératoire a été revu de façon à tenir compte de la logique des opérateurs (prise en compte de la charge mentale).
La production est devenue stable entre opérateurs et la cadence a été atteinte (-24 % de temps opérateur) tout en réduisant la pénibilité du poste (réduction du nombre de rotations, réduction des erreurs de manipulation nécessitant une accélération du rythme pour assurer la récupération de l'erreur, etc.).
Pour Action-ergo, améliorer la production est indissociable de l'amélioration des conditions du travail et inversement. Comment pourrait-il en être autrement lorsque le résultat dépend de l'efficacité du travail de l'opérateur.

Remarque sur la fiabilité humaine et la qualité de production.

La recherche de gains de productivité laisse parfois oublier le respect de la fiabilité et de la qualité de production.
Cet aspect est souvent sous-évalué dans la conception des situations de travail, car la non-qualité est généralement attribuée à l'opérateur et non à la conception elle-même.
Il est facile d'imaginer des gains de productivité en demandant aux opérateurs de courir plutôt que de marcher, mais cela ne tient pas sur le long terme.
La prise en compte de la composante humaine est fondamentale pour réussir à produire mieux et plus sur le long terme :

  • Quelle est la limite d'exigence à partir de laquelle la fiabilité humaine n'est plus garantie ?
  • Combien de points un opérateur peut-il contrôler pour être efficace ?
  • Quels sont les gisements de productivité liés à une inadéquation des moyens fournis aux opérateurs ? etc.
  • L'apport d'Action-ergo est de s'assurer que les règles de fonctionnement humain sont respectées afin de garantir des performances accrues et durables.